27 rue Claude Decaen - 75012 Paris

Pratiquer - enseigner en entreprise

Vous enseignez ou pratiquez les arts énergétiques et martiaux chinois en entreprise ou en collectivité territoriale : cette page est la vôtre !

 

Poissy chouchoute les métiers de la petite enfance

Sophie I est enseignante titulaire du CQP qi gong. Enseigner le qi gong est devenu son métier.

La municipalité de Poissy m’a sollicitée pour animer deux cycles de dix cours de qi gong proposés à des personnels pour qui l’accès à une pratique sportive n’est pas toujours facile : Les métiers de la petite enfance (assistantes maternelles, puéricultrices, ATSEM dans les écoles), et les agents de la Ville (hôtesses d’accueil et agents d’entretien, …).
Ce dispositif « Poissy bien-être » relève d’une démarche très volontaire, car selon les métiers, l’initiation au qi gong était proposée en dehors ou pendant les heures de travail. La Ville a su gérer les problèmes de planning, de salles, et même proposer un jour de congé supplémentaire pour celles qui suivaient ces cycles sur leur temps de loisir.
Les participantes ressentaient le besoin de gérer leur stress : elles ont été assidues, et disent avoir appris à se détendre et à respirer. « Le samedi commence bien ! », disaient-elles…
Leur souhait de continuer sera exaucé, puisqu’un deuxième cycle de cours leur sera proposé à la rentrée, et d’autres idées germent dans l’esprit des élus municipaux. Déjà, j’ai été invitée à proposer le qi gong à des adolescents préparant leurs examens. Eux aussi méritent bien de découvrir nos disciplines !

 

Le saviez-vous ?

17% seulement des employeurs de moins de 10 salariés proposent du sport en entreprise*. Cela s’explique en partie par le manque d’équipements et de locaux.  Nos arts, parce qu'ils nécessitent rarement du matériel, peuvent répondre à ce besoin.
Il suffit parfois de regrouper sur un même espace vert ou dans un équipement municipal avoisinant, les salariés de plusieurs établissements.
70 % des dirigeants ne savent simplement pas vers qui se tourner pour monter une activité sportive*.
Envie d’en savoir plus être sur ce type de projets, rejoignez notre réseau !

* source : étude sport en entreprise, 2017, CNOSF, ministère des sports, MEDEF et Union sport et cycle

Vers un meilleur self-contrôle

Cécile est présidente d'une section sportive tai chi chuan et qi gong au comité d'entreprise d'une grande société aéronautique et moniteur de taichi chuan.
Les salariés viennent souffler à partir de midi, avec un besoin d'évacuer un trop plein de stress. Beaucoup arrivent tendus et préoccupés par leurs tracas quotidiens, leurs réunions, leurs raideurs de postures assises, et avec parfois un sentiment de culpabilité d'avoir laissé leurs affaires en suspens. La partie se gagne au premier baillement, aux raideurs qui s'émoussent peu à peu, au ralentissement des mouvements d'abord un peu précipités, et aux regards qui devient plus doux.
Egalement salariée dans la même entreprise avec, hélas, de nombreux conflits et situations frustrantes, le qi gong et le tai chi me rendent un meilleur self-contrôle, un abord plus détendu de l'activité, même dans une position de moniteur.
Au service des retraités du groupe qui viennent pratiquer avec les salariés en activité, c'est une joie de voir ces personnes récupérer de la mobilité et de l'équilibre et aborder plus sereinement les tracas dus au vieillissement.

 

Le seul moment de la semaine où je suis calme !

Sophie M est enseignante titulaire du CQP taichi chuan.

J’ai commencé à enseigner le tai chi chuan dans le bâtiment où je travaillais, un peu par hasard. Quelques collègues attribuaient ma bonne humeur à cette pratique, et souhaitaient la découvrir.  Une salle était disponible et mon professeur me suggérait de passer le monitorat. J’ai accepté.
Je n’étais pas convaincue par la pertinence d’un cours d’une durée d’1h30, sur la pause déjeuner, avec des élèves arrivant directement d’une réunion souvent, pour y retourner immédiatement après. 
Le cours a commencé une fois par semaine. La rumeur a couru, et progressivement, un noyau dur s’est formé. J’adaptais ma pédagogie. Il fallut, par exemple, insister délicatement sur l’importance de la langue « délicatement posée à la naissance du palais » en début de séance pour tarir les discussions professionnelles.
Mais un jour, à la cantine, je reconnus avec peine une de mes élèves. Elle était si agitée et maladroite avec son plateau repas que je me suis inquiétée de son état. Elle me répondit, dans un grand éclat de rire : « mais non, je vais bien, je t’assure. Je suis toujours énervée comme ça. Tu ne t’en rends pas compte parce que le tai chi m’apaise. Et c’est d’ailleurs le seul moment de la semaine où je suis calme ! ». Cela me fit réfléchir sur mes objectifs pédagogiques : un cours réussi est-il absolument celui qui permet d’apprendre parfaitement la forme ?...
Ce cours devait être une expérience de courte durée. Il dure depuis plus de 10 ans.
Bien sûr, la progression n’est pas celle d’un cours du soir. Certains élèves viennent par commodité et auraient tout aussi bien pu faire du yoga. Peu connaitront la forme en entier et seront capables de la pratiquer seuls.
Mais j’ai pris conscience de l’importance de cet espace de respiration et de prise de recul que nous pouvons leur offrir, justement en étant au cœur de la fourmilière professionnelle.

Un français sur deux ne pratique pas d’activité sportive, alors que l’on en connait l’importance pour le bien-être et la prévention de nombreuses maladies. La cause principale est le manque de temps de temps (1).
Créer un cours en milieu professionnel, c’est ouvrir cet accès à tous ceux qui ont de fortes charges familiales : les parents de jeunes enfants et les aidants familiaux (qui représentent 11 millions en France aujourd’hui).
Et quel plaisir de voir se créer, en milieu professionnel parfois éprouvant, un réseau convivial et fraternel !

(1) Enquête réalisée par OpinionWay et l’IRMES,  en 2016 pour Attitude Prévention.

En entreprise, le qi gong adoucit les mœurs !

J-M est moniteur de qigong, dans une société commerciale. Il nous confie cette anecdote :
« Une responsable de département commercial dans mon entreprise s’est un jour étonnée d’avoir un nombre de rendez-vous « collaborateurs » beaucoup plus important l’après-midi suivant la séance de qi gong.
Sa secrétaire l’a éclairée : on avait remarqué qu’elle était beaucoup plus détendue, et donc à l’écoute après la pratique du qi gong !
Par la suite, apprenant que j’étais en reconversion professionnelle, elle m'a remercié de lui avoir fait découvrir 6 ans auparavant une activité qu’elle pratique désormais de façon assidue dans un club."

Proposer un témoignage